Est-ce que la chirurgie de perte de poids, les médicaments et les changements de style de vie peuvent améliorer la santé du cerveau?

16 Avril 2024 2496
Share Tweet

La plupart des gens savent que l'obésité est liée à des maladies chroniques et à d'autres problèmes de santé, mais de plus en plus, la recherche montre que l'obésité peut aussi être néfaste pour le cerveau.

À cause de cela, la perte de poids - que ce soit par chirurgie, par des médicaments comme l'Ozempic et le Wegovy, ou par des changements de mode de vie - peut être une voie pour les personnes obèses pour améliorer leur cognition.

Une étude publiée dans le JAMA Network Open en février a examiné des adultes souffrant d'obésité sévère et a constaté qu'après que les participants aient subi une chirurgie bariatrique, 40% d'entre eux avaient une cognition améliorée. Et une recherche publiée en août a révélé que la liraglutide, un médicament anti-obésité, peut aider à restaurer les capacités d'apprentissage adaptatif chez les personnes obèses.

Ce que les chercheurs découvrent, c'est que la santé du cerveau et la santé métabolique vont de pair.

"Lorsqu'on perd du poids, le syndrome métabolique commence à se renverser et les niveaux d'inflammation diminuent, et le métabolisme cérébral et la fonction mitochondriale s'améliorent", a déclaré Kristin Baier, médecin spécialiste de l'obésité et vice-présidente du développement clinique chez Calibrate.

Voici ce qu'il faut savoir sur le lien entre obésité et santé du cerveau et comment diverses méthodes de perte de poids peuvent avoir un impact sur la fonction cognitive.

Nous en apprenons encore plus sur le lien entre obésité et santé du cerveau, mais l'inflammation pourrait être le coupable derrière ces problèmes cognitifs liés.

Le tissu adipeux peut libérer des molécules qui entraînent une inflammation dans tout le corps, y compris dans le cerveau. Cette neuroinflammation a été associée à des changements dans le tissu de la matière grise et blanche cérébrale. En particulier, la perte de matière grise dans le cerveau a été associée à la démence et à des problèmes de santé mentale tels que la dépression.

Ce lien entre le poids, l'inflammation et la santé du cerveau a également été étudié chez les personnes atteintes du syndrome métabolique, une combinaison de tour de taille important, de cholestérol et de glycémie élevés, d'hypertension et de faible cholestérol HDL. Des recherches ont montré que le syndrome métabolique est lié à une inflammation qui pourrait entraîner un déclin de la fonction cognitive.

Perdre du poids pourrait donc être un moyen pour certaines personnes d'améliorer leur santé cérébrale.

"Les études cliniques...suggèrent l'importance du régime alimentaire et de l'exercice physique pour aider à gérer les symptômes de la dépression et de l'anxiété, et même prévenir ou atténuer les maladies neurodégénératives telles que la maladie d'Alzheimer et de Parkinson", a déclaré Baier.

Dans la mesure où ils peuvent aider une personne à perdre du poids, il est possible que la chirurgie de perte de poids, les médicaments pour perdre du poids et les changements de mode de vie aient tous un certain effet sur la santé du cerveau d'une personne.

L'étude du JAMA Network Open de février est l'une des plus récentes à établir un lien entre la chirurgie de perte de poids et une meilleure cognition. En particulier, les chercheurs ont examiné 133 adultes aux Pays-Bas souffrant d'obésité sévère qui ont subi une chirurgie bariatrique.

Deux ans plus tard, environ 43% des scores de cognition des participants étaient améliorés. De plus, les auteurs de l'étude ont noté une diminution des marqueurs inflammatoires et moins de symptômes dépressifs chez les participants, ainsi qu'une plus grande épaisseur de leurs cortex temporaux.

D'autres recherches ont trouvé des résultats similaires - une étude de 2014 a testé la fonction cérébrale de 17 femmes obèses avant et six mois après une chirurgie de perte de poids appelée RYBG (Roux-en-Y Gastric Bypass). Les mêmes tests ont également été effectués une fois sur un groupe témoin de 16 femmes sans obésité.

Avant leurs chirurgies de perte de poids, le groupe avec obésité avait des taux de métabolisme plus élevés dans certaines zones de leur cerveau. Mais après l'opération, leur métabolisme cérébral était comparable à celui du groupe témoin. Les femmes ont également obtenu de meilleurs résultats à un test mesurant la fonction exécutive après leurs interventions de perte de poids.

La chirurgie de perte de poids peut avoir des impacts positifs sur la santé globale et la fonction cognitive, mais la procédure comporte certains risques. Cela peut inclure des saignements, des caillots sanguins, une infection, une diarrhée, et plus encore. Il est préférable de consulter votre médecin à propos des effets secondaires potentiels avant de subir toute procédure de perte de poids.

L'Ozempic, le Wegovy et des médicaments similaires sont de grands outils pour améliorer la santé métabolique, a déclaré Baier. De ce fait, ils pourraient être en mesure d'améliorer le métabolisme cérébral et, par extension, la santé du cerveau.

Mais les experts tentent de comprendre comment ces médicaments de type peptide-1 glucagonique (GLP-1) interagissent réellement avec le cerveau.

Des recherches ont montré que les gliptines, un type de médicament contre le diabète, augmentent les niveaux de GLP-1 et peuvent améliorer le déclin cognitif chez les personnes atteintes de diabète de type 2. L'idée est que l'Ozempic, en imitant cette hormone GLP-1, pourrait être capable de faire la même chose. En fait, Novo Nordisk, les fabricants de l'Ozempic et du Wegovy, mènent actuellement un essai clinique qui déterminera si le médicament peut avoir un "effet positif sur la maladie d'Alzheimer précoce".

D'autres médicaments similaires pour la perte de poids ont également été liés à une meilleure santé du cerveau.

An August 2023 study found associative learning impairments caused by obesity can be restored with liraglutide, an anti-obesity medication also known as Saxenda or Victoza. After just one dose, researchers said participants with obesity showed no impairment compared to a group of healthy-weight participants.

However, it’s imperative to be cautious when using these medications, said Chris Allen, MD, pediatric neurologist and sleep medicine physician at Covenant Healthcare and senior science advisor at Aeroflow Sleep.

GLP-1 drugs can lead to gastrointestinal side effects such as nausea and vomiting, while Ozempic and Wegovy, in particular, have been linked to more severe side effects such as pancreatitis.

And though more recent studies have not found any connection between these medications and suicidal ideation, it’s important to ensure the drugs don’t make brain health worse in any way.

“Potential side effects and long-term impacts on neurological functions should be thoroughly evaluated,” Allen told Health. “Consultation with a healthcare professional is crucial before considering these drugs.”

While surgery can provide the most dramatic weight loss results, lifestyle changes are also very beneficial.

Implementing a well-balanced diet, exercising regularly, focusing on quality sleep hygiene, and eliminating stress have been shown to cause weight loss. And these types of lifestyle changes have been associated with inflammation reduction, and therefore, with a lower risk of developing neurodegenerative and other diseases. In particular, exercise might be able to improve blood flow in the brain, boosting cognition.

Though lifestyle changes tend to come with fewer risks, you should check with your doctor before starting any new weight loss program. This is especially true if you’re currently being treated for any neurological or psychological disease.

Though research suggests weight loss could contribute to cognitive improvements, it’s certainly not a guarantee.

“Cognitive function is influenced by a multitude of factors, including genetics, lifestyle, and overall health,” said Allen.

Even among factors that are in your control, weight management is just one way to protect against cognitive decline. Others include keeping your mind active, engaging with friends and social activities, and lowering stress.

And if a person is interested in losing weight to try to improve their brain health, that too isn’t “one-size-fits-all,” Baier said. Factors such as medical and family history, age, gender, or personal goals can all influence which method of weight loss is best for you, she added.

“Weight loss should be viewed as part of a holistic approach to enhancing cognitive well-being, complemented by other healthy habits and practices,” said Allen.


ARTICLES CONNEXES